Statut : en couple libre

Posted in Uncategorized on 27 mai 2012 by mabasco

(Contrairement à d’habitude, je suis de plutôt bonne humeur quand je commence à écrire ça)

En fait ça s’est passé parfaitement. Ma copine (Sarah) et moi. Je veux dire, on s’est connus vite fait dans une soirée à Angoulême, et puis comme on était dans la même école et que je sentais que je l’aimais bien, je suis allé la voir assez souvent dans sa salle, et je lui racontais des trucs, et de temps en temps elle parlait aussi (contrairement à moi, son but dans la vie n’est pas de parler tout le temps), et j’ai joué la carte que j’ai toujours voulu jouer, la seule que je sais bien jouer : l’honnêteté. Ça a l’air con comme ça, ou prétentieux, mais la vérité c’est que je suis beaucoup trop flemmard pour draguer. Je pourrais pas baratiner une meuf pour sortir avec elle, ou peut-être que si, mais je le ferais mal et je n’aimerais pas trop ça. En tous cas j’aimerai moins ça qu’être complètement honnête avec une fille, lui montrer mes pires côtés (et à l’époque j’étais encore pire que maintenant, frustration sexuelle et état d’esprit de puceau oblige), et que ça la fasse marrer et qu’elle ait pas peur et qu’elle comprenne qu’au final je suis qu’un type vraiment très maladroit dans les relations humaines mais qui ne veut pas être méchant. Même maintenant quand je dragouille je peux pas m’empêcher de dire dans la conversation que j’ai une copine, alors que techniquement, ça a peu de chances de m’aider tellement toutes les meufs que je rencontre veulent des relations sérieuses.

Je lui racontais chaque fois que je trouvais une meuf canon, et que je voulais me la taper. Je lui racontais les fois où j’essayais, où ça foirait, j’utilisais le langage cru que j’utilise juste parce que j’aime bien la vulgarité et qui énerve les gens au bout d’un moment, et elle continuait à m’écouter, à me sourire, à me répondre. Forcément depuis le début je voulais me la taper aussi hein. Mais le truc bien (rétro-self-highfive) c’est que je forçais pas ma chance. En plus elle avait un copain, et disons que c’est mon code de conduite de jamais chier dans la colle avec ce genre d’histoires (ce qui ne m’a pas empêché de le faire après quand ça valait le coup mais je vous raconterai peut-être plus tard). On a aussi parlé de fidélité. Un peu parce que j’essayais de voir si elle était prête à tromper son mec mais aussi parce que c’est un sujet qui m’a toujours dérangé.

Tout le monde agit comme si c’était la seule manière d’exister en tant que couple dans le monde réel. C’est genre SUPER TABOU. T’es avec quelqu’un, ça veut dire (SIGNE INDIQUANT L’ÉQUIVALENCE) que tu vas JAMAIS coucher avec quelqu’un d’autre, même si t’as envie, sinon tu es quelqu’un de MAL. Et c’est là où ça devient un peu contradictoire pour moi, parce que je pense qu’à un moment où à un autre, tout le monde en aura envie. Certains craqueront, et tout de suite ça remet tout leur amour en question. Alors que c’est peut-être juste de l’attirance sexuelle. Ouais la fidélité ça peut être le ciment du couple, mais c’est à double tranchant. Vous voyez l’idée. Alors pourquoi ne pas assumer ces envies, prendre ce qu’il y a de positif dans une histoire de cul, sans ouvrir la porte au négatif ? C’est simple, il faut être honnête et ne tromper personne.

Je ne peux pas tromper Sarah en couchant avec une autre fille (bon je suppose à part si c’est quelqu’un de sa famille ou de ses amies, mais de toutes façons, je ne JAMAIS non), tout simplement parce que le mot "tromper" implique une trahison de la confiance que ton conjoint place sur toi.  Si il ou elle t’a expressément demandé de ne pas être infidèle, alors si tu le/la respectes, tu déconnes pas et tu restes fidèle. Sarah m’a effectivement demandé d’être fidèle, mais à moi-même. Apparemment elle est tombée amoureuse de moi et magie, elle ne voulait pas que je change. Elle avait vu mes plus grandes tares, elle était prévenue dès le début, elle m’a apprécié comme je suis et elle voulait que je reste comme ça (apparemment ça l’amuse). Notamment la partie où je voulais me taper tout ce que je voyais. Et comme justement on avait parlé de fidélité avant, ça rendait le truc un peu plus facile à passer. J’ai pris bien soin de bien lui demander plusieurs fois  si elle était sûre et si c’était bien ce qu’elle me disait, que si je couchais avec quelqu’un d’autre elle ne m’en voudrait pas. Et bon, moi, je suis cohérent avec moi-même, je ne peux pas lui demander d’accepter quelque chose de moi que je n’accepterais pas d’elle, donc bon, on est techniquement en couple libre. On est prêts à passer sur Confessions Intimes.

Bon dans l’idée je suis toujours pas devenu un womanizer, la faute toujours à l’honnêteté à outrance que je m’inflige. A ce stade d’ailleurs c’est plus de l’honnêteté c’est un manque de tact. Bref en vrai depuis bientôt (bientôt !) deux ans qu’on est ensemble, j’ai embrassé une autre fille, c’est tout. Mais de temps en temps je tente le coup. Parce que j’ai quand même l’impression de passer à côté de pas mal de trucs, les jolies filles en fleur de nos vingt ans, tout ça. Les petits frissons que t’as quand c’est un premier baiser. Je ne cherche pas des plans cul, je cherche des amantes, même d’un soir, je veux un peu de tendresse en plus du sexe sale, et justement j’ai eu une discussion l’autre jour avec mon cousin où il ne comprenait pas que j’envisage faire un câlin post-sexe à un plan cul. C’est de la tendresse, mais pas de l’amour. Je ne veux pas construire ma vie avec une (hypothétique) autre. Je ne veux pas partir en vacances avec. Je sais que j’ai énormément de chance d’être tombé sur Sarah et que ça se soit passé aussi bien. Je ne veux pas gâcher ça. Mais j’ai le droit d’être infidèle et je ne vois pas pourquoi je me priverais. Après je veux aussi respecter la fille que je drague ou avec qui je couche, en ne lui faisant jamais croire que ça peut être plus sérieux. Je comprends pas trop la supériorité du sérieux sur le pour-le-fun, mais bon, on va dire que j’ai pas trop d’expérience de ce côté-là. Une autre raison d’être honnête, donc.

Je ne nous vois pas trop passer à Confessions Intimes, ou même C’est Mon Choix en fait. On est quand même pas assez cassoc’. C’est assez pur et naïf, en un sens, toute cette histoire de couple libre (et pas "relation" libre, on est un couple, on fait et on fera des trucs de couples jusqu’au bout). Je veux dire, je vis en accord avec ma conviction profonde que la fidélité est une construction sociale dont on peut se dégager si on estime que ça ne nous correspond pas.

Ça marche, et ça marchera parce qu’il n’y a pas de mensonge, pas de désaccord sur le fond, pas de jalousie mal placée, il y a kiffer l’instant et la personne avec qui je suis, même si ce n’est pas Sarah.

Bisous, je t’aime.

 

(Je suis toujours de bonne humeur quand je finis d’écrire)

Asses, cocks, pussies. These things matter.

Posted in Uncategorized on 2 avril 2012 by mabasco

Pervers.

Vicieux.

Libidineux.

Le dernier, à la rigueur, mais sinon, je ne me reconnais pas trop. Tous ces mots ont une connotation péjorative qu’on ne peut pas leur enlever. Ce sont des tares, des hontes. Je me considère comme obsédé sexuel, c’est ni bon ni mauvais, c’est comme ça. Y a des geeks de tout, des cartes, des jeux de société, tout ce qui fait une microculture a ses geeks, ceux qui vont tout regarder, tout tester, tout comparer. Qui deviennent des sortes d’expert.

J’aime le cul comme on peut aimer les séries, les romans, les BD (d’ailleurs j’aime aussi les BD). Je regarde des porno, comme ça, comme on regarde un film d’action, on connaît les codes, les répliques cultes; je me branle même pas, et c’est le diable si je bande, c’est juste qu’au final ça me fascine.

Après l’autre chose qui me fascine c’est la réaction des gens par rapport à ça. Ça va de complètement prude à complètement impudique (je ne suis pas non plus au sommet), et les extrêmes je peux mieux comprendre que les réactions en demi-teinte. Quand on aime bien blaguer sur le cul mais que c’est pour masquer une gêne, quand on oscille entre allumage multidirectionnel et douches froides pour ceux qui tentent leur chance. Je parle pas que des filles. Mais les filles c’est plus gênant pour moi parce que quand je croise une meuf qui a l’air de s’en foutre de son image de petite fille sage, j’ai tendance à la tester, à voir jusqu’où je peux aller dans le crade. J’aime le crade, et généralement je sors des trucs crades, mais juste pour le plaisir de les dire. Je suis un des mecs les plus sexuellement inoffensifs que tu peux rencontrer. Je n’aime pas draguer parce que j’ai toujours peur de faire chier mon monde. Je passe des soirées avec des super filles dont je ne prends pas le numéro parce que si elle me trouvait sympa sans plus, elle va se rendre compte que j’ai pensé à l’intérieur de sa culotte pendant touts la soirée et ça va la rendre un peu plus aigrie.

Nan mais je le sais que c’est des conneries, c’est juste pour dire. J’aime vraiment pas faire chier le monde.

Bref les filles je les teste, je veux voir si elles sont vraiment"libérées" de cette idéologie qui nous fait croire qu’il faut supprimer ses pulsions alors qu’il faut les canaliser. Généralement il faut pas longtemps pour que je passe pour un gros lourd, dragueur, queutard. Après y a Twitter, où j’ai tendance parfois à tester tout le monde en même temps, je fais un truc sale, je me dis "ça passe ou ça casse mais ça sera marrant", et des fois quand ça casse c’est pas marrant du tout de se faire bâcher par des gens qui tu aimes bien.

Ça avant, c’était partout. Maintenant j’ai appris à ne plus me comporter comme un gros frustré, à y aller petit à petit parce que pour les filles c’est aussi une question de confiance. Je me garde Internet et Twitter pour le défoulement. Là je m’autorise à me la péter un max, à être aussi vulgaire que j’ai envie, à raconter ma vie même intime parfois. Bon, je me suis rendu compte récemment que j’en faisais chier quelques-un pour qui si on excepte cette partie de moi, je suis quelqu’un de fréquentable. du coup j’ai fait deux comptes Twitter.

Mais ça me fait quand même un peu chier, dans le sens où j’estime que c’est pas grave d’être comme ça. C’est un jeu. En réalité je suis vraiment pas quelqu’un de fier, ni de sale. Ouais je suis un obsédé sexuel, mais c’est pas grave, c’est pas pour ça que c’est impossible d’avoir une discussion ou que tu doives te sentir offensé quand je sors un truc un peu déplacé pour le fun de le sortir. Je devrais pas à avoir à me sentir coupable d’être comme ça. Je dis pas que c’est de votre faute à tous, mais c’est un des trucs qui m’énerve le plus dans cette société, on joue tous avec le sexe, on le montre sur des pubs, on fait des twitpics de décolletés, on se mate tous les uns les autres, on lit Sexactu ou même le Tag et on reste quand même accrochés à ces idées de pudeur, de fidélité, d’amour qui va forcément avec sexe, sans jamais les remettre vraiment en question (ça tiendrait pas deux minutes). On admet pas au fond de nous qu’au fond on est juste des animaux avec moins de flair et plus de cerveau, qu’on fonctionne en majeure partie sur des bases d’instincts. Je dis pas qu’il faut céder à tous les instincts, je dis qu’il faut en être conscient, en satisfaire quelques-uns et se rendre compte qu’on n’est pas une pure âme dans une prison de chair.

En créant mon deuxième compte Twitter, @Axmence, j’opère un repli stratégique pour ne pas me couper de gens bien. Mais c’est un peu une défaite, ça veut dire que mon niveau de provoc’ est trop fort pour les gens normaux. Je continuerai à me battre pour mon droit à être flamboyant, narcissique, obsédé, complètement à la masse, juste pour le plaisir de l’être.

Suck It (Or Die Trying)

Posted in Uncategorized on 15 juin 2011 by mabasco

ARTICLE SPONSO !

Non en vrai, article copinage.

Je regarde pas beaucoup de webséries. La dernières que j’ai dû voir c’est les Voisins du Dessus, que j’ai pas fini. C’était pas totalement mauvais, mais ça manquait de rythme et les moments où je riais étaient trop rares. Je regardais ça parce que j’aimais bien Navo, un des scénaristes. Enfin, j’aimais bien ce qu’il faisait sur son blog de la Bande Pas-Dessinée. Et bon, y avait des moments lol, mais dans l’ensemble c’était fade, y avait pas vraiment d’histoire et le montage ne t’arrachait pas la gueule. Ce qui est dommage. Et puis tant qu’à faire des blagues sur les religions, autant aller à fond dans la provoc’ quoi.

Donc là y a Boounz aka Boss Nigger aka Nicolas qui teasait depuis des mois sur sa websérie que quand même on avait envie de la voir un peu. faut dire que le mec c’est pas la moitié d’un. Il a le bon goût de haïr Zombieland et le mauvais goût de haïr plein d’autres trucs que j’aime bien mais au final c’est juste une grande gueule avec le sens de la formule et une certaine inclinaison à faire chier le monde. Mais comme le gars est intelligent il le fait bien. Du coup il est dans ma Dream Team sur Twitter, et je l’ai vu une fois pour manger un burger dans un resto américain plutôt classe et il se plaignait que ça soit pas Macdo, tu vois le genre. C’est le gars qui s’excusera jamais d’aimer ce qu’il aime et qui viendra te faire chier si t’aimes ce qu’il aime pas. Il a un blog où il pond des wall of text que tu peux pas test plusieurs fois par semaine, et ce blog il tabasse.

Là il vient de sortir un épisode de websérie, Suck It. Le problème avec ce pilote c’est que ça raconte autant de choses que sa bande-annonce mais ça place des vannes en plus. J’ai toujours pensé qu’on devait pas s’appesantir sur le début d’une histoire, et te foutre direct dans l’action. La série va apparemment parler d’un fan de Harry Potter et d’une fan de Twilight qui vont se foutre sur la gueule et se faire des coups de pute et tout. Alors du coup le pilote raconte qu’un seul truc c’est leur rencontre et sinon la meuf a un coloc qui est gay ou pas et le gars a l’air d’être un peu asocial. Fan de Harry Potter quoi.

BON.

Fallait que ça (la grosse critique) ça sorte en premier. Ça a beau être un article copinage je suis pas là pour lui sucer les boules à el jefe negro. De toutes façons vu le nombre de gens qui vont me lire au final, ça changera rien. Mais voilà, là c’était les mauvais points mais faut pas croire que je pense que le truc est bon à jeter ou à passer sur Nolife, y a des bons trucs, genre des vannes qui passent bien mais ça c’était obligé, vu le mec qui écrit on pouvait pas passer à côté et puis c’est pour ça qu’on est là. On regrette juste qu’il y en ait pas plus en fait. Quand tu fais du lol le but c’est de mettre toujours plus de lol, sans nuire à l’histoire alors t’arrête pas en chemin, fais-nous rire et peut-être que tu toucheras au Saint Graal de ceux qui essayent de devenir célèbres en passant par internet. Peut-être que tu deviendras viral autrement que parce que t’as le SIDA. Bref. Je devais la faire celle sur le SIDA. Donc dans les trucs bien y a quand même la photo et les cadrages et le montage et tout ça mais si t’es le spectateur lambda tu t’en branles, dis-toi juste que ça se regarde bien et que les couleurs puent pas la misère comme sur pas mal de trucs. Nico il sait un minimum ce qu’il fait, il a pris des cours et tout. Affaire sérieuse. Après ouais ça se regarde et puis comme ça dure pas longtemps t’as pas trop le temps de te faire mais vu la capacité d’attention de l’internaute moyen faudrait plus de punch sur les suivants parce que prendre le temps de mater une vidéo ça veut dire pas pouvoir draguer sur FB ou en DM sur twitter, ou encore faire tous ces trucs tellement tellement intéressants qui te font te coucher à 2h du mat tous les jours.

Alors pourquoi je fais un texte pour vous dire de regarder quand même ? Parce que je crois en ce gars qui a été capable de produire se série quasi tout seul à la base, parce que ça se voit qu’il en veut, qu’il a des idées et qu’il sait faire des trucs bien et que c’est juste un premier épisode et que ça se voit que la suite sera mieux. On a même pas vu le cœur du sujet là. Y a moyen que la suite soit encore plus méchante et que ça tabasse bien. Wait and see. En attendant ça fait quand même marrer le truc avec Vin Diesel et les chats. Les acteurs sont pas si mal au passage. J’entends dire que c’est ce qui a le plus dérangé les gens mais bof, on a tous vu vraiment pire et y a même des phrases vraiment crédibles et tout.

 

Bon maintenant tu peux le regarder. Tu te feras ta propre opinion sur le bousin, et c’est tout ce qui compte.

 

Vingt et un de plus pour la route.

Posted in Uncategorized on 22 mars 2011 by mabasco

Paf. La nouvelle est tombée comme un couperet. Il devenait difficile de cacher la vérité à mes proches : j’ai 21 ans aujourd’hui. Sachant que j’ai commencé le blog y a tout pile un an du coup. Et ouais, alors je vais relire mon premier article, et on en reparle.

Ouais bah en fait mon moi de 20 ans tout juste avait l’air plutôt sympa. Genre un peu flippant mais je pense que si je le rencontrais là y aurait moyen qu’on s’entende plutôt bien et qu’on se donne quelques conseils l’un l’autre. Parce que si j’étais si nonchalant à cette époque, c’est parce que j’avais abandonné l’idée de réussir Cohl, la superstigieuse (c’est bancal, mais ta gueule) école de dessin où j’enchaînais les cafés et les sales notes à l’époque. Je commençais à avoir un meilleur pote, le genre de mec qui manquait dans ma vie, je sentais que ça y est, je suis prêt à avoir une vraie copine, je suis mûr pour ça, j’accepte ce que je suis. Et du coup j’allais pas tarder à faire mon rebelle et péter les cours (j’ai déjà partagé ici mon amour du zeugma je crois), ce qui allait me mettre dans la tête que j’étais cool. Mais pas cool dans le sens ce mec il est trop cool t’as vu, il déchire, plutôt dans le sens jah, rastafaraï, le casque audio sur les épaules je regarde tout le monde avec un petit sourire endormi parce que je n’ai plus à me soucier de tout ça, plaire aux profs, jouer la compétition, faire des beaux dessins. Je pouvais aller me taper au parc devant la Part-Dieu avec une super fille qui s’appelait Sarah, me poser dans l’herbe, boire une bière, faire un petit câlin (mais pas trop parce qu’elle a un copain), et apprécier l’instant, parce que c’est tout ce qui compte, il n’y a que le présent.

Maintenant là tout de suite c’est plus compliqué. J’ai envie d’arrêter cette école. J’ai envie de me dire que ça sert plus à rien. Que je ne suis pas fait pour la 3D. Que même si je bosse j’y arriverais pas et que l’année prochaine je me concentrerai sur la BD. Que c’étai bien et que j’ai pas perdu mon temps, que j’ai appris des trucs intéressants dans toutes les matières. J’ai envie de retrouver mon demi-sourire béat, aller dans les parcs avec Sarah (JE ME LA TAPE MAINTENANT T’AS VU GROS) parce qu’elle me fait toujours autant kiffer à être aussi peu fillesque et tellement féminine.. Boire du vin rouge avec Robin en racontant des vrais conneries et en se prenant au ridicule parce que c’est quand même mieux que le sérieux. Essayer de coucher avec cette fille  qui est tellement belle, histoire de rentabiliser ma carte "sortez de prison" permanente que m’accorde la chance d’être en couple libre,

Mais tu vois, lecteur/rice de mon coeur, ça serait une fuite en avant tout ça. La vérité c’est que tout n’est pas perdu même si c’est en mauvaise voie, sachant qu’au lieu d’écrire cette article je serais censé faire les textures d’une baleine à bosse en 3D, qu’on la rend jeudi et que je suis en retard là bordel. Que même si je foire mon année okay c’est pas trop grave je me recentrerai effectivement sur la BD, mais que si j’ai une seule chance de pouvoir continuer cette voie, je dois la tenter, et faire mon possible. Parce que la 3D fait bosser le dessin donc si je peux bosser dans la 3D je pourrai aussi bosser dans la BD, c’est toujours mieux d’avoir des profs.

C’est mon problème ça, ça l’a toujours été, je me complais dans la facilité et je vais pas au fond des choses. Ca se voit sur des détails et sur l’ensemble de ma vie. Et là il faut que les choses changent, il faut que j’aille jusqu’au bout, que je pousse le truc à fond. Que je me bouge mon sale petit cul d’amour.

Parce que la vie n’est pas si mal et que se plaindre trop souvent n’arrange pas les choses. Prend ça dans les dents, mon moi de maintenant.

Aujourd’hui j’ai 21 ans et j’espère être adulte parce qu’adulte veut pas dire le contraire d’enfant et qu’on peut être les deux en même temps.

J’espère que je ne laisserai pas ce blog complètement à l’abandon cette année.

Aujourd’hui j’ai 21 ans, je m’appelle Maxence et je sais pas trop où je vais, je suis même plus sûr de ce que je viens d’écrire.

Mais j’ai ceux qu’il me faut pour m’aider. Ca ira bien.

Atmosphère

Posted in Uncategorized with tags , on 11 mars 2011 by mabasco

Article écrit le 14 juillet 2010

 

Belle journée. J’émerge doucement, je suis dans le lit de ma sœur vu que le mien n’a pas de draps et qu’elle est en vacances. Je lis trois ou quatre chapitres d’un roman noir américain, je pense à m’acheter un trench-coat. Je me lève, fais du thé, réchauffe la pizza au micro-ondes, allume mon ordinateur et écris cet article. J’ai froid un peu partout, mais j’aime bien.

Puis je vais manger ma pizza, une savoyarde sur laquelle j’ai encore rajouté de la crème. Mais ça me fera un peu mal au cœur alors en fait on sera le lendemain et je contemplerai les miettes de pain sur la table en me disant que c’est cool d’être tout seul, là tout de suite. Je ferai un tour sur pornhub sans me toucher, juste pour le plaisir des yeux, mais en fait avant-hier c’était presque mieux, en transe devant une scène de soumission, et après j’ai fumé une clope sur mon petit balcon, mais j’aime pas trop le goût que ça laisse dans la bouche, une ou deux gorgées de jus d’oranges sanguines font passer ça. Je crache un coup, l’acidité a fait remonter des glaires.

Ou alors, c’est pas le soir où Sarah est venue ? On a fait l’amour et j’étais content parce que la dernière fois j’avais l’impression qu’elle faisait la gueule alors qu’elle était juste fatiguée. J’en ai un peu marre de me réveiller à midi alors demain je me réveille à 9h, parce que nuit blanche la nuit dernière et que je suis allé au lit à 21h30 du coup. Une BD qui parle de militaires et ça flingue et c’est cool. Ou une autre. Que je me suis acheté aujourd’hui en fait, c’est le blog de Laurel. Du coup on serait aujourd’hui ?

Les jours raccourcissent.

Come back en forme d’ode à mon instit de CM2.

Posted in Uncategorized on 11 janvier 2011 by mabasco

Je ne sais pas encore de quoi je vais parler. Mais j’ai bien envie de blogger ces temps-ci. Allez, le tout c’est de s’y remettre.

J’ai jamais aimé l’esprit étriqué de certaines personnes qui font bien tout ce qu’on leur dit même si c’est con. J’y pensais tantôt, vous savez en primaire les instits nous filaient plein de photocopies qu’il fallait découper et coller sur son cahier ? Moi pendant toute ma primaire on m’a soutenu qu’il fallait genre mettre quatre petits points de colle à chaque coins de la feuille pour pas gaspiller le tube. J’étais toujours super frustré parce que forcément ces conneries ça tient pas. Et toutes ces putes de gentilles filles et gentils garçons qui y arrivaient ça me soulait encore plus. C’est là qu’est arrivée Mme Poffé. Je mets son vrai nom je m’en fous je vais écrire des trucs gentils sur elle donc ça va je pense.

Elle au début je l’aimais pas trop, elle était pas franchement l’instit’ "gentille" mais c’était pas la casse-couille non plus. Je faisais pas mes devoirs donc elle m’engueulait, comme quoi j’ai pas changé, j’ai toujours trouvé ça débile d’aller à l’école si c’était pour ramener du boulot après. Elle nous a fait faire des trucs cool n’empêche. On a suivi le Vendée Globe cette année, à la fin fallait faire un carnet avec plein de trucs qu’on avait récupéré genre photos et articles, cartes des vents et tout. J’avais chié mon truc, moi, j’avais viteuf’ rassemblé deux articles qui se couraient après, je les avais collé dans mon classeur, et j’avais fait passer ça pour mon exposé. C’était tellement naze que ma mère s’en souvient encore et a honte pour moi.

Elle nous faisait chanter une chanson qui faisait "ça fait des bulles et ça colle, le bubble, le bubble, et ça se mâche à l’école, le bubble gum". Ma première émotion rock’n’roll. Elle nous a fait lire un bouquin de SF pour mômes, ça s’appelait Tongre, ça parlait d’une race de chevaux cyclopes à six pattes, et le truc marrant c’est qu’il y avait trois genres dans cette espèce, masculin féminin normal, et puis neutre. COMME EN ALLEMAND DIS DONC ! J’ai kiffé ce truc, surtout qu’il y avait un passage où ils s’accouplaient, et c’était marrant parce que c’était pas genre le mâle et la femelle baisent et puis le neutre il se gratte son absence de couilles, nan, il avait un vrai rôle, je sais plus quoi mais c’était émouvant. Y a un passage super triste où le neutre se suicide dans un lac d’acide. Bref. C’est aussi Mam’ Poffé qui a été la première à me parler d’orgasme je crois, et à nous dire que faire l’amour c’est un des plus beaux trucs au monde. Si vous me lisez Madame, sachez que je vous respecte vachement là en y repensant, et que je suis on ne peut plus d’accord avec vous.

Et ben c’est celle-là qui nous a engueulés, nous tous les cons qui mettions les quatre petits points de colle, et qui nous a dit que pour que ça tienne il faut mettre la dose, tu suis les bords de la feuille avec le tube, après tu fais les diagonales, et tu remets un coup sur les coins parce que c’est toujours là que ça pèche un peu. Ce que ça m’a fait du bien.

C’était tout ce que je voulais dire. C’est cool de faire ce qui est intelligent, et pas ce que tout le monde fait parce que c’est comme ça qu’on fait.

Pourquoi les femmes de plus de 25 ans devraient coucher avec des adolescents, de préférence puceaux

Posted in Uncategorized with tags , , , , , , on 2 novembre 2010 by mabasco

On m’a signalé cet article. Mon sang ne fit qu’un tour à la vue de ces absurdités. Je DEVAIS réparer l’affront, et si possible éclairer Mademoiselle Ioudgine sur l’étendue de son fourvoiement.

Le jeune n’est pas romantique. Ou alors si, mais dans ce cas-là le jeune préférera avoir plusieurs romances se chevauchant dans le temps; le jeune veut vivre. Il veut brûler ses 20 ans (ou moins) chez la grosse Adrienne en se prenant pour Casanova. Il existe également une autre espèce, mais qui existe à tous les âges, le romantique chiant. Seulement, dans le cadre ici évoqué de la puma/cougar se tapant un petit jeune, il est hors-sujet, car si vous le laissez s’approcher, mesdames, de vos hauts-morceaux, ce sera en connaissance de cause, il vous aura déjà démontré son amour conditionnel, et ce sera votre choix (la crise de la quarantaine peut-être) de l’accepter ou de le rejeter. Le jeune qui veut coucher avec une semi-vieille veut satisfaire un fantasme, il veut pouvoir se vanter d’avoir scoré une milf, pouvoir sortir la phrase "elle m’a fait de ces trucs mon gars t’as pas idée, j’avais jamais vu ça'" (cit. 1) en s’accompagnant de rires gras et de high-fives. Le jeune ne cherchera pas d’implication émotionnelle, posons ceci comme hypothèse. Le jeune acceptera également le doigt dans le cul (cf cit.1, bien sûr, cette phrase est faite pour laisser planer le mystère), de rentrer chez lui pour dormir, etc.

Maintenant. Nous avons vu dans une première partie que les menus désagréments signalés par l’article susnommé sont nuls, le tout étant d’être au courant des risques et de faire son choix en conséquence. Je vais maintenant exposer les avantages qu’il y a à se taper un petit jeune, et en particulier un puceau. Oui, je sais. Le puceau n’est pas très intéressant au premier abord. Il ne prend pas soin de lui, il ne maîtrise rien dans le processus de séduction, il ne saura pas vous faire minette comme le gros bâtard de trentenaire qui a eu tout son temps pour s’entraîner sur les petites jeunes. Néanmoins, il ne faut pas perdre de vue que le puceau est rarement puceau par choix. Je ne parlerai que peu de la supposée malléabilité des puceaux, je préférerai à cela mettre en lumière le fait que le puceau est un jeune homme comme les autres, les années de frustration en plus. ce qui induit un appétit sexuel, une soif d’apprendre et de cyprine, une volonté de profiter de profiter jusqu’à la dernière miette de la paire de fesse qu’on voudra bien lui placer dans les mains. Le puceau, c’est indéniable, possède un potentiel de bon coup non négligeable, et s’il doit être considéré comme un passe-temps, une alternative au yoga, ben tant mieux pour lui, non ?

La prise en main ne sera pas facile, ok. Mais le puceau, se sentant désiré et peu habitué à cette sensation, prendra confiance en lui, se lavera la bite deux fois par jour et se sachant aussi désirable qu’un jeune con moyen, pourra même s’essayer à draguer de la minette, ce qui upg ses skills en séduction, ce qui vous sera profitable également, femmes mûres de mon cœur. Il sortira de son cocon, ayant la prétention de devenir le beau gosse qu’il a toujours su devoir être sans y arriver. Au bout d’un mois de travail, vous pourrez admirer votre œuvre, que vous n’aurez que révélé, tel Michel-Ange qui savait, lui, que dans le bloc de marbre, il y avait un David. C’est Locke qui l’a dit donc c’est vrai. Et concernant la malléabilité, on parle d’un être humain, là. Si vous pensez que, entraîné pour satisfaire tous vos désirs personnels, il ne sera capable d’aucune initiative, vous vous plantez le doigt dans la chatte jusqu’aux trompes. Bien évidemment, il aura ses propres envies et fantasmes. Et sérieusement, j’ai dû mal à imaginer en quoi un mec entraîné à vous faire plaisir, à vous seule, sans les scories des pratiques inculquées par celles qui vous ont précédé, serait autre chose que très agréable.

Bref, si vous dépucelez le puceau, il ne le sera plus. Il sera donc semblable à tous, vous aurez accompli une bonne action, vous faisant chouchouter au passage. Double ration de mamour pour votre ego. Franchement, qu’est-ce que vous voulez de plus ?

 

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.